Même mourir n'est plus simple !

Publié le par antenor

Je ne sais pas si vous l’avez remarqué : le temps n’est plus aux nobles gestes. Ca tombe très bien : je ne comptais pas en faire.

Constant dans mon être et mon devenir, je me suis résolu dans ces temps de crise et de fonte des glaces à revoir tout ce qu’il me restait à faire avant de mourir. Je l’avais déjà fait, mais c’est un exercice que l’on ne fait hélas pas assez souvent.

Voici donc ma liste des choses à faire avant de mourir :

-          revoir l’épisode de Santa Barbara, celui où Shanning Capwell découvre que sa femme Sophia est encore vivante et qu’il croit qu’elle a une liaison avec Lionel Lockridge, mise en scène manigancée par Augusta (la femme de Lionel, pas de Shanning !) ;

-          une dernière lessive dans ma machine à laver à chargement frontal la toute nouvelle LAVO1200Speed avec option « stop-gouttes » et lumière à l’intérieur du tambour qui s’éteint quand on ouvre le hublot

-          obtenir l’explication du pourquoi de la canne de Patrick Hernandez lorsqu’il chante « born to be alive » (il a très peu chanté autre chose)

-          vivre la sortie de crise actuelle (c'est-à-dire vers 2017)

-          pouvoir composer une dernière fois le « 19 » pour joindre un correspondant à l’International

-          m’assurer de la réalité de la fonte des glaces

-          passer une semaine complète sans aller voir ma psy, la Docteur Schneider, qui est à ma santé mentale ce que les courbes d’audiences sont à TF1

-          prouver ma générosité légendaire en tricotant des gants à 3 doigts pour les enfants de Tchernobyl

-          aimer la musique jazz à tel point que je puisse expliquer lors d’une soirée mondaine la différence entre le jazz polaire et le jazz tzigane

-          arrêter d’être Moi Devant l’instant d’un moment pour que je puisse vous remercier en vous serrant la main individuellement

-          vous convaincre vous aussi de vivre en mode RAAC (Renoncement, Abstinence, Abnégation, Contrition)

-          changer l’hymne français en remplaçant la Marseillaise par « die biene Maja », générique en allemand de Maja l’abeille.

Oui, tout ça il me reste à faire. Vous n’êtes pas prêt de gerber ma tombe… Tenez-vous le pour dit !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

droufn 27/11/2008 14:29

Patrick Hernandez était tout le temps bourré quand il chantait, sa canne le maintenait à peu près à la verticale et pouvait aussi lui servir pour se gratter le dos car il était pas très souple de l’épaule droite. Enfin pour la version officielle.. la version non officielle dit qu’il faisait parti à l’époque des services secrets cannois, et comme tous ceux qui le savent (les autres comme ils le savent pas ben on s’en branle) les espions des services secret cannois possédaient tous une canne histoire de se reconnaître entre, car ils était tellement cons qu’ils étaient obligés d’avoir un signe de reconnaissance contrairement aux employés de la sécurité sociale Niçoise, qui eux s’en branlent aussi de ne pas se reconnaître… voilà.
Si c’est pas bien clair comme explication, relire ce texte en sens inverse en chantant la danse des canards.. Ne me remercie pas c’est normal.

MarcelD 25/11/2008 21:13

Moi je veux mourir sur scène devant les projecteurs.

Cassandre 25/11/2008 06:24

La liste serait trop longue à faire pour que je me penche dessus, et si j'y arrivais pas il me faudrait au moins 15 séances de la docteur Schneider... non, décidémment une telle liste n'est pas pour moi ;-)

neveu-qui-te-bat-au-ten-fais-pas 23/11/2008 10:32

J'ai retrouvé l'adresse de ton blog ! C'est pas la meilleure chose que j'ai faite dans ma vie mais bon ... j'ai certaines obligations envers toi. D'ailleurs si pour Noël tu pouvais me tricoter un gant à un doigt, ça serait sympathique (et ne lésine pas sur la taille du doigt: ce n'est pas pour une main, mais j'aimerais que mon père ai chaud en toute circonstance dans les prochains temps)

Laurence 22/11/2008 23:30

gerber "ma" tombe? Ou gerber "sur" ma tombe?...