Comment j'ai échoué chez ma psy !

Publié le par antenor

C’était un jour ordinaire. Un samedi peut-être, mais ce n’est pas certain. En début de matinée, juste après mon petit-déjeuner. Afin d’être à jour dans ma logistique, j’avais décidé de faire ma lessive. Je commençais à charger ma machine à laver à chargement frontal, la fameuse Lavo1200Speed. Au moment même où j’allais mettre ma lessive en route, je me dis qu’il fallait d’abord prendre une douche, afin de pouvoir également laver ma serviette de bains, pour pas qu’elle traine là, à attendre une prochaine lessive on ne sait quand.

Au moment même où, nu comme un ver, je posai mon pied dans la cabine de douche, je me dis qu’il fallait peut être mieux que je passe d’abord l’aspirateur, pour ne pas transpirer après avoir pris ma douche et être obligé d’en reprendre une. Je me rhabillai et sortis l’engin aspirant de sa cachette (je parle toujours de l’aspirateur, là !).

Au moment même où je mis sous tension l’aspirantissime, je me dis qu’il valait mieux d’abord faire la poussière, pour pas qu’elle ne retombe ensuite sur un sol proprement aspiré. Je rangeai donc l’aspirateur, et m’en allais chercher le matériel dépoussiérant. Au moment même où je m’apprêtais à donner le premier coup de pschitt moussant, je me dis qu’il serait trop bête de procéder au dépoussiérage, alors que même je n’avais pas encore changé les draps du lit, et que chacun sait combien cela génère de poussière. Il m’apparaissait donc logique de commencer mon cycle de ménage par cette activité, de laquelle découlait tout le reste des taches ménagères. Logique !

J’étais sur le point de décalotter l’oreiller, lorsqu’ au moment même je me souvins de l’adage de ma grand-mère qui me disait que pour un intérieur rutilant, il fallait que la lumière pénétrât à travers des vitres propres. Je compris qu’il fallait que ce soit là le point originel de ma journée ménagère. Le temps de chercher un escabeau, de préparer de l’eau tiède à l’ammoniaque et de chercher des vieux morceaux de papier journaux… C’est là que le bât blessa encore une fois. A l’apogée de la virtualité de nos temps modernes façon « revival » je ne disposais d’aucun journal papier. Je décidai alors de m’habiller et d’aller au kiosque le plus proche. J’en profitai pour faire également mes emplettes alimentaires. En rentrant, et avant de me lancer enfin dans mes tâches diverses, je constatai qu’il fallait que je commence à préparer le déjeuner, afin qu’il soit prêt pour midi. J’ai horreur de déjeuner en retard. Non que je sois maniacorigide, mais c’est à cause de mes sucs gastriques et surtout des leçons inculquées des années durant par Mère, une Maitresse Femme qui n’avait de cesse de répéter : « ce qui est fait, n’est plus à faire ». Alors, après déjeuner, et après avoir fait la vaisselle, j’allais pour essuyer la vaisselle et prendre un torchon lorsque je constatais que je n’en disposais plus de propre.

Il était temps que je lance une lessive. Au moment même où j’allais mettre ma lessive en route …

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

phil 19/01/2010 00:57


Salut,

Belle plume et esprit tourmenté, c'est l'époque.

Pour épater ta mme Scheinder tu peux aller là http://www.bouddhanalyse.com/
et puis aussi là http://www.zeitgeistmovie.com/

Après ça devrait aller mieux !
A+


Baron-Guillaume-De-Von-Urban 07/01/2010 17:50


Lettre fermement ouverte au Maréchal Président à Vie de l'APMT, Association des Pauvres mais Travailleurs, et PDG de la compagnie Anténoressor Inc.

Monsieur le Maréchal,

Je tenais à vous adresser mes plus vifs remerciements pour votre dernière machine à laver, le modèle "Universe". J'ai évidemment insisté pour qu'un de mes 57 majordomes masculins (les 38 servantes
étaient déjà affairées à cirer mes 119 paires de mocassins) aille me l'acheter sur le champ.
Je l'ai donc branché, la mise en route est intuitive et efficace. Ayant évidemment pris chacune des options (à 1200€) en double (on ne sait jamais, comme vous le dites si bien "Deux précautions
Valent mieux qu'une" ), j'ai été bluffé par la vivacité et la réactivité de vos programmes. L'utilité quoique limitée pour moi, ne possédant pas de compte Facebook ni même de connexion internet (je
vous écris depuis l'un de mes 33 Cybercafés "VonUrbanKonnektion" ), j'ai été tout de même impressioné.

Si je puis cependant me permettre d'oser formuler une éventuelle possible suggestion pour le modèle qui suivra, serait-il possible de pouvoir l'attacher sur un attache-remoque ? Comprenez moi, mon
tout dernier 4x4 modèle VonUrbanVierVier" est dépourvu d'un treuil. Et j'aimerais utilisé le système rotatif de ma machine à laver à cet usage. Ne faites pas la fine bouche, je suis sur que vous en
êtes capable.

Et pour rebondir sur vos problèmes de ménages, je puis vous suggérer une solution rapide, simple et économe: ma solution. Dès que la maison est trop sale pour qu'on puisse y habiter décemment, la
détruire, partir 3 jours dans sa villa au bord de la mer (laquelle est nettoyée une fois par jour toute l'année) et revenir dès qu'une nouvelle maison correcte est reconstruite. Merci qui ?

Mes amitiés à madame,

Baron Guillaume de Von URBAN


Freef 07/01/2010 14:00


On comprend mieux !
Bonne année mon poulet !


Pascal 07/01/2010 11:06


j'adore te voir torturer comme ça, oh oui j'adore ça...


Cassandre 06/01/2010 22:33


Tu as mis ta machine à laver sur le mode "cycle infernal" ? ^^"
Mais c'est rigolo, c'est plus ou moins ma façon de  penser le ménage : à l'envers ^^"
Je crois que je suis bonne pour séance de psy ;-)