Mille-feuille !

Publié le par antenor

C’est la Fin qui me guette. Je souffrirais d’une introversion, retournée, elle-même invertie. Pour mieux comprendre, il faut penser à des chaussettes que l’on plie : on pose l’une sur l’autre, dans le même sens, on les plie une fois sur elles-mêmes puis on fait ressortir l’intérieur sur l’extérieur. Et on se retrouve avec un petit boudin lisse et uniforme. Mais à l’intérieur, la structure est très compliquée.

Payer 260 séances d’analyse depuis une dizaine d’années, avec ma psy, la Docteur Schneider, nouvellement Gestalt-thérapeute, et qui est à ma santé mentale ce que l’intelligence est à Jose Luis Zapatero, pour m’entendre dire des choses pareilles…

Non sérieusement. Quand on est un homme du monde comme moi, à fréquenter les soirées mondaines les plus courues, le mardi à Londres à tapoter l’épaule de la mère Reine, le jeudi à Strasbourg pour un feu de joie, le samedi à Prague et le lundi à Ankara, vous croyez réellement que j’ai le temps de plier des chaussettes ? Il faudrait que j’interroge mes services logistiques pour savoir comment ils font, pour les plier, ces chaussettes. Si ça se trouve, ils n’en plient pas, des chaussettes, car je ne supporte de porter que des chaussettes neuves, en fil d’écosse tissé manuellement, qui quand on les achète sont rarement pliées.

Non, mes soirées sont tellement mouvementées en ce moment, si denses, si Debout-Moi-Devant pendant que vous êtes assis-loin-derrière que j’en ai mes chaussures rouges toutes neuves qui fument. Bien que j’en possède deux paires. Et puis, maintenant que j’y pense, je ne porte même pas de chaussettes dans mes chaussures rouges. Vous me voyez avec des chaussettes de sport blanches (99,3 % des hommes ont ce manque de gout total de porter des chaussettes de sport blanches en permanence) dans mes chaussures rouges en train de tapoter l’épaule de la reine Mère ?

Je lui ai expliqué, à ma psy, la Docteur Schneider, que je ne pliais jamais de chaussettes, et que j’étais choqué qu’elle puisse seulement penser que je pouvais m’abaisser à cette vile tâche. Elle a essayé en me disant d’imaginer une chemise cintrée pliée, ou une serviette de table pliée en origami et si vraiment je n’y arrivais pas un mille-feuille au pudding. Mais moi, les mille-feuilles je les fais rarement avec du pudding, j’y mets du Fludding (un mélange tourmenté entre Flan et Pudding, d’après une recette personnelle, bien meilleure). Mais expliquer à ma psy, la docteur Schneider, la recette du Fludding de mon mille-feuille pour qu’elle puisse en retour m’expliquer pourquoi je vais mal, vous je ne sais pas, mais moi en ce moment, je ne m’en sens pas le courage…

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

droufn 20/04/2009 14:24

J'ai des allumettes si tu veux!

D.K. 20/04/2009 09:23

Pas de chaussettes, d'accord. Donc tu es plutôt collant ou plutôt bas ?

Oïnkari 19/04/2009 23:19

Du fil d'écosse tricoté main ! Rien que cela ! Je ne m'étonne plus que vous soyez si tourmenté. Quand c'est tricoté main l'élastique ne tient pas et les chaussettes baillent autour de vos chevilles, ce qui pour un mondain tel que vous, doit être pénible et plus si affinités. Cette docteur Schneider est totalement incompétente, elle vous interroge sur votre façon de plier les chaussettes (alors que tous les thérapeutes, normalement constitués, s'en battent l'oeil), alors qu'elle devrait vous apprendre à les choisir !Sans compter qu'avec le genre de chaussures que vous portez, les chaussettes sont absolument prohibées. Mon pauvre ami, vous avez bien du souci, je vous plains et je vais me coucher !A demain et dormez bien, si vous le pouvez ! 

Mike le Niçois 19/04/2009 19:52

Pauvre France...

Saoul+fifre 19/04/2009 10:49

Vivent les chaussettes à clous !