Antenor met le paquet !

Publié le par antenor

Comme tout le monde, enfin non, pas comme tout le monde… Je recommence : comme moi, quand j’étais petit, je rêvais de devenir Quelqu’un ! Résultat ? Beaucoup d’années ont passé  (n’insistez pas, je ne dirais pas combien), et qui suis-je devenu ? Personne ! Enfin, non, ce n’est pas la bonne question. Ce serait plutôt : que suis-je devenu ? Et la réponse est tout aussi pathétique : Rien. Je ne suis rien devenu..

Alors je me pose des questions. Pourquoi ? Peut-être aurais-je du être précis, au début, quand je formulais mon souhait, de devenir quelqu’un.

Cela fait des années que j’en parle, entre autres, allongé nu, sur le divan de ma psy, à la docteur Schneider, nouvellement Gestalt-thérapeute et qui est à ma santé mentale ce que la truite est à l’étage du poissonnier. Elle ne comprend pas que j’ai pu être en dissonance permanente entre les « sois un homme » de mon père, et les « ne parle pas aux hommes que tu ne connais pas » de ma mère.

Comment vouliez-vous que je m’en sorte ? Comment voulez-vous que la Docteur Schneider m’en sorte ? Voulez vous que je la sorte ? Qui m’en veut de la sorte ?

 

La Docteur Schneider, donc, a décidé de reprendre les choses en mains. En tous cas, en ce qui me concerne. Tout d’abord, lors de notre dernière séance, où je vous répète que j’étais allongé nu sur son divan (ce détail est d’importance pour ce qui va suivre), elle regardait dans le vague. Puis elle me dit : « C’est la règle de la continuité, le dualisme, puisque tout est proportionnel dans la vie ». J’étais surpris car je commençais à comprendre ce qu’elle était en train de me dire et à réaliser qu’elle avait après tout raison.

C’est quand elle s’est retournée sur moi, et qu’en se penchant au-dessus de la partie la plus suspecte de mon anatomie (je suis encore nu à ce moment-là, retenez-le bien, c’est important pour la suite) et la scrutant sans la quitter des yeux ajouta : « plus grande est la beauté, plus profonde est la souillure », citant ainsi, sans le vouloir probablement, Georges Bataille.

Elle sortit un catalogue de son tiroir, maugréant un « bon sang, mais c’est bien sûr » ou similaire, le feuilleta, en arracha une page, me la tendit tout en me détachant et me dit : « vous savez ce qu’il vous reste à faire. J’ai honte pour vous »…

 

Payer des années de psychothérapie négative, moi qui ai suivi tant de stages de resculpturation corporelle, pour en arriver là...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Franck 23/12/2009 17:31


Tout ça pour un slip simple face sans lavage intégré à 1800 tours minute ? Mais tu as perdu le sens commun cher ami ! ;-)


Oïnkari 12/12/2009 18:18


Anténor,
Mon trésor,
Seriez-vous mort.........
Ou blessé seulement?
Je suis sûre que ce slip de torture vous a abîmé, ou détruit peut être. Mon dieu, Anténor, vous voilà devenu une fashion victim!
So chic! 


Laurence 10/12/2009 21:15


Mais qu'est-ce que tu fabriques, je t'attends chez moi pour fêter les 3 ans de mon blog, j'ai mis mes escarpins rouges!


Laurence 27/11/2009 18:06


Bon, j'en ai marre d'admirer ton slip, on passe à autre chose? Biz


Oïnkari 21/11/2009 08:46


Maréchal!
Que nous écrivez-vous là!
Cette folle à lier de psy de bazar, que vous trouvâtes je ne sais où, a pondu cette théorie que vos soucis viennent de la petite taille de votre zizi (ben oui, s'il est petit je vais pas l'appeler
votre dard, votre engin, votre.....). 
Mon pauvre ami, vous êtes bien mal entouré si personne ne vous a encore dit que ce n'est pas la taille qui compte (enfin pas beaucoup) mais la façon dont vous vous en servez!
Et personnellement, si je me rends compte qu'un monsieur a rembourré son slip pour m'impressionner, il y a de fortes chances que je m'offre un méchant fou rire, du genre inextinguible,
irrépressible et dévastateur!
Donc, si vous m'en croyez, quittez la mère Schneider et la gestalthérapie et allez faire une promenade en forêt, vous avez besoin de vous aérer les neurones!
Bisous, mon canard!